Les apparences de Gillian Flynn

les apparences gillian flynn

Alors que le marathon promotionnel de Gone Girl de David Fincher bat son plein et qu’il est quasi impossible de passer à côté des bandes annonces du film (et de la tête de chien battu de Ben Affleck), une question m’obsède jour et nuit : A-t-il oui ou non tué sa femme dans le film ?
Pour assouvir ma curiosité, je me suis précipitée dans le premier cinéma ouvert, je me suis rabattue sur le livre dont l’histoire est tirée, Les apparences de Gillian Flynn donc, dont on entend beaucoup de bien (sur le blog de Caro par exemple).

Mais quelle est l’histoire justement ?

Amy et Nick forment en apparence un couple modèle. Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan pour s’installer dans le Missouri. Un jour, Amy disparaît et leur maison est saccagée. L’enquête policière prend vite une tournure inattendue : petits secrets entre époux et trahisons sans importance de la vie conjugale font de Nick le suspect idéal. Alors qu’il essaie lui aussi de retrouver Amy, il découvre qu’elle dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d’autres plus inquiétantes.

D’habitude, je lis assez peu de thrillers et de polars, en grande partie, parce que je suis un peu flipette et que, bon, dormir avec la lumière allumée à 30 ans passés parce qu’on a les chocottes, on n’a vu plus glorieux.

Mais là, petite exception à mes habitudes de lecture, le pitch étant trop tentant. Et je dois dire que j’ai eu un vrai coup de cœur pour l’écriture de Gillian Flynn.
J’ai rarement lu plus prenant comme livre, quel plaisir de lecture ! « Stimulant » est le mot qui me vient à l’esprit pour le qualifier, çà faisait longtemps que je n’avais pas été autant ravie de me plonger dans une intrigue, impatiente d’en savoir plus sur les personnages, de connaître le dénouement, machiavélique à souhait.

Sur la forme, on suit tour à tour le point de vue des 2 personnages principaux, Nick et Amy, qui prennent la parole, avant et pendant le fameux « jour où » Amy disparaît. Ensuite, difficile d’en dire plus sans risquer d’en dévoiler beaucoup (trop) et de spoiler le futur lecteur (chose que je déteste).
Disons simplement que le titre traduit « Les apparences » porte on ne peut mieux son nom. Aucun personnage n’est tout à fait blanc ou noir, chacun possède le meilleur comme le pire en lui, ce qui donne lieu à de sacrés retournements et révélations au cours de l’histoire.

La fin est glaçante à souhait et finalement assez effrayante.
Il paraîtrait (rumeurs, rumeurs) que la fin de l’adaptation ciné est différente de celle du livre. Je me demande bien quelle chute a choisi David Finsher. Je vais finalement bien devoir trouver du temps pour aller dans une salle obscure !

Note : *****

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s